LINEAIRES / LA DISTRIBUTION / Les actus / Dossier : Carrefour change d'époque / Le virage digital de Carrefour

.

Le virage digital de Carrefour [B. Merlaud]

24 Janvier 2018
Le virage digital de Carrefour

Encore plus peut-être que sur les hypers, Alexandre Bompard était attendu sur le virage digital de Carrefour. Conscient de son retard, Georges Plassat, le précédent PDG du groupe, avait fait l'acquisition de pure players du e-commerce et lancé le chantier des plates-formes de préparation de commandes (les "PPC" sont des méga entrepôts automatisés servant les drives à l'échelle d'une petite région). Ambition d'alors pour 2020 : 4 milliards d'euros de volume d'affaires en e-commerce, marketplaces incluses.

Alexandre Bompard va plus loin. Le chiffre d'affaires alimentaire seul, en e-commerce, devra atteindre 5 milliards d'euros en 2022, projette-t-il. En 2017, il est de l'ordre de 850 millions d'euros. 2,8 milliards d'euros d'investissements sont budgétés sur la période 2018-2022 pour assurer la "transformation digitale" du groupe.

Le portail carrefour.fr, d'abord, sera refondu dès cette année pour en faire un site marchand unique regroupant l'ensemble de l'offre en ligne du groupe. Les spécialistes comme Rue du Commerce ou Greenweez continueront d'exister, mais en tant que vendeurs sur la marketplace de Carrefour. La marque Ooshop va disparaître à cette occasion.

Le pari de la livraison à domicile

170 nouveaux drives seront opérationnels en France dès 2018 ( les "PPC" sur Lyon et Paris permettent d'ouvrir rapidement des points de retrait aux infrastructures légères).

Carrefour parie aussi sur la livraison à domicile. Le service de livraison express en centre-ville, en une heure si besoin, de courses préparées dans des magasins de proximité sera étendu. Déjà opérationnel sur Paris, Lyon, Bordeaux, Toulouse et Montpellier, il sera déployé dans dix nouvelles villes françaises cette année. La prestation de livraison, à chaque fois, est assurée par Stuart, la filiale de La Poste connue pour ses coursiers à vélo.

Carrefour va également tester la livraison de commandes préparées en drive. Deux villes pilotes vont expérimenter le dispositif, toujours avec Stuart, en 2018.