LINEAIRES / LA DISTRIBUTION / Les actus / Conseil d'administration, actionnaires : les nouveaux dirigeants de Carrefour

.

Conseil d'administration, actionnaires : les nouveaux dirigeants de Carrefour [B. Merlaud]

12 Avril 2018
Abilio Diniz devient le deuxième actionnaire de Carrefour

Tandis qu'Abilio Diniz devient le deuxième actionnaire de Carrefour, avec près de 12% des droits de vote, le conseil d'administration du groupe va accueillir quatre nouvelles têtes. Des hommes et des femmes éloignés du carrelage mais aux précieux réseaux.

La montée en puissance du Brésilien Abilio Diniz n'est pas la conséquence d'un nouvel achat d'actions, mais le fruit de son ancienneté au capital de Carrefour, qui lui vaut des droits de vote doubles sur une partie de ses titres.

Depuis le 1er avril 2018, l'homme d'affaires détient 11,9% des droits de vote au sein de Carrefour. Ce qui en fait le second actionnaire, derrière la famille Moulin (Galeries Lafayette) et ses presque 16% de droits. Et devant, désormais, le Groupe Arnault (11,5%).

Les principaux actionnaires de Carrefour

  Droits de vote Part du capital
Famille Moulin (1) 15,98 % 11,56 %
Abilio Diniz (2) 11,93 % 7,76 %
Groupe Arnault (3) 11,46 % 8,74 %
JP Morgan (4) 5,18 % 6,42 %
Bank of America (5) 4,48 % 5,59 %

(1) au 31/12/16 (déclaration Carrefour)
(2) au 01/04/18 (dernier franchissement de seuil)
(3) au 20/01/17 (dernier franchissement de seuil)
(4) au 01/09/17 (dernier franchissement de seuil)
(5) au 20/10/17 (dernier franchissement de seuil)
Source : AMF

Le nouveau statut d'Abilio Diniz ne modifie pas sa représentation au sein du conseil d'administration de Carrefour. Mais le renouvellement de quatre administrateurs indépendants (dans un conseil qui compte seize membres) sera proposé à l'occasion de la prochaine assemblée générale, le 15 juin. Difficile de ne pas voir dans ces changements de tête la patte d'Alexandre Bompard.

Symboliquement, deux des quatre administrateurs sur le départ sont des professionnels de la distribution. Diane Labruyère-Cuilleret et Bertrand de Montesquiou, issus des groupes Labruyère Eberlé pour l'une, Guyenne et Gascogne pour l'autre (des partenaires régionaux de Carrefour, rachetés par le groupe), cultivaient un lien direct avec "le carrelage". Quant aux deux autres, Georges Ralli venait du monde de la banque (Lazard) et Anne-Claire Taittinger du monde des affaires.

Un intime d'Alexandre Bompard

Parmi les nouveaux arrivants prévus au conseil d'administration de Carrefour, Stéphane Courbit est un intime d'Alexandre Bompard. Le producteur audiovisuel, à qui l'on doit le lancement explosif du Loft sur M6, a créé Endemol France et investit aujourd'hui dans les jeux en ligne ou l'hôtellerie de luxe.

Aurore Domont est également une femme de médias. Membre du comité exécutif du Groupe Figaro, dotée d'une solide expérience dans la transformation digitale, elle a piloté la publicité des radios du groupe Lagardère au moment où Alexandre Bompard dirigeait justement Europe 1.

Une connexion avec Emmanuel Macron

L'actuel PDG de Carrefour dispose déjà d'un joli réseau politique. Peu de proches de Nicolas Sarkozy peuvent se targuer d'inviter François Hollande à leur anniversaire… Mais l'arrivée d'Amélie Oudéa-Castéra pourrait bien lui apporter de nouvelles connexions, cette fois avec Emmanuel Macron. L'ancienne joueuse de tennis (championne d'Europe des moins de 16 ans), ancienne directrice du marketing et du digital d'Axa, est de la fameuse promotion Senghor de l'Ena. Celle du président de la République. Adhérente d'En Marche, elle a essayé (sans succès) d'obtenir un poste de ministre des Sports au gouvernement.

Stéphane Israël, enfin, est le président exécutif d'Arianespace. Un profil industriel, donc, mais doté de solides attaches avec la gauche (il était directeur de cabinet d'Arnaud Montebourg au ministère du Redressement productif). Il pourra aussi partager avec Alexandre Bompard sa défiance envers Jeff Bezos. Car le bouillonnant patron d'Amazon ne "disrupte" pas que la distribution. Avec sa société Blue Origin, il envisage sérieusement de développer le tourisme spatial. Au grand dam d'Arianespace, donc.