LINEAIRES / LA DISTRIBUTION / Les actus / Ces enseignes qui parient sur la livraison collaborative

.

Ces enseignes qui parient sur la livraison collaborative [B. Merlaud]

7 Juin 2018
Ces enseignes qui parient sur la livraison collaborative

S'appuyer sur la livraison des courses par des particuliers permet aux enseignes de s'affranchir des vrais coûts d'un service à domicile. Carrefour lance "Merci Voisin", Intermarché démarre une collaboration avec Shopopop, S. Match a signé avec Yper, Leader Price expérimente les services de Courseur. Le point sur les initiatives des distributeurs.

Le principe ? Le client passe commande sur son drive, consulte une appli de livraison pour trouver un particulier qui va accepter de récupérer et livrer ses courses, moyennant un dédommagement. Les achats sont réglés en ligne, le livreur présente en drive le code de retrait transmis par le client. L'appli prélève les frais de livraison une fois les achats remis à domicile.

L'enjeu, à chaque fois, est de constituer une communauté suffisamment nombreuse de livreurs prêts à répondre aux demandes des clients. Une étape qui peut s'avérer longue et douloureuse, frustrante pour les acheteurs (faute de créneaux) et décevante pour les livreurs inscrits (faute de commandes).

Un mois pour "ouvrir" une ville

Mais petit à petit, les services collaboratifs trouvent leur place dans la société. Les plates-formes de livraison diversifient les commerces éligibles à la prestation. En ciblant en même temps les drives, les fleuristes et, depuis peu, les associations de commerçants locaux, Yper se dit par exemple prêt à "ouvrir" une ville en un mois ou un mois et demi. C'est le temps qu'il lui faut pour attirer sur son appli un nombre significatif de livreurs. Il est présent, aujourd'hui, sur les principales agglomérations françaises. Selon la distance à parcourir, la livraison est facturée au client entre 5 et 15 euros.

Les distributeurs, eux, ont compris qu'ils avaient intérêt à promouvoir ce service, qui au départ s'est surtout développé à leur insu (quand un livreur ne récupère pas plusieurs commandes en même temps, il est impossible de l'identifier lors de son passage au drive).

Carrefour a carrément décidé de lancer sa propre plate-forme collaborative, baptisée Merci Voisin. D'abord à Bordeaux, à l'automne 2017, puis sur 12 départements, dans 62 hypers et supermarchés. Une fois la commande passée en drive, la livraison des courses par un particulier est proposée en alternative au retrait et facturée 5 euros minimum.

1000 livraisons par mois chez S. Match

Les Supermarchés Match ont choisi de nouer un partenariat spécifique avec Yper. Depuis fin 2017, presque tous les drives de l'enseigne (80 sur un parc de 91 unités) proposent directement la livraison en alternative au retrait classique. Avec une connexion entre les deux sites internet, qui permet de basculer sur Yper après sa commande en restant identifié. Chaque mois, plus de 1000 paniers drive chez S. Match sont désormais livrés par des particuliers.

Le distributeur espère également pouvoir proposer, fin 2018, un service de livraison à partir des points de vente physiques. Les courses seront alors conservées en magasin jusqu'au passage du livreur.

Shopopop, autre opérateur collaboratif, ne travaille lui qu'en association directe avec les distributeurs puisqu'il prélève directement auprès d'eux une partie de sa rémunération. Près de 300 drives et petits commerçants, pour l'instant, ont accepté de signer un partenariat (à Lyon et dans l'ouest, à Nantes, Rennes, Saint-Nazaire et Angers).

Shopopop a assuré plus de 10.000 livraisons depuis son lancement en 2016 et, en avril dernier, a entamé une nouvelle collaboration avec Intermarché. 9 magasins pilotes testent le dispositif, sur Bordeaux (33) et Flers (61), en zones urbaines et rurales. Les frais de livraison chez Shopopop, en fonction de la distance, du volume et du poids des articles, varient de 5 à 50 euros.

Leader Price, de la même façon, démarre un test avec Courseur. Ce nouveau venu ne travaille pour l'heure avec aucune autre enseigne. Trois magasins sont à ce stade impliqués dans la démarche, à Viriat (01), Saint-Memmie (51) et Rosny (93). À la différence des autres dispositifs, les commandes ne sont pas passées sur le site drive de l'enseigne mais directement sur l'application Courseur, alimentée par Leader Price. Ce qui permettra par exemple au distributeur, en cas de déploiement, d'ouvrir à la vente en ligne des magasins qui ne disposent pas de drive.

Sur un modèle proche d'Yper, enfin, Comm'un Panier a de son côté "recruté" des livreurs dans 9 villes de l'ouest de la France. Certains drives, à l'image d'Auchan à Blois (41) ou de Leclerc à Niort (79), communiquent directement sur leurs pistes de retrait pour vanter la possibilité de se faire livrer.

Les Ateliers du drive et du e-commerce alimentaire

La livraison collaborative est un enjeu important pour le développement du drive, mais il est loin d'être le seul !

Le 27 septembre à Paris, Les Editions Dauvers et Linéaires organisent la septième édition des Ateliers du drive et du e-commerce alimentaire.

Téléchargez ici le programme de la journée.

Réservez votre place en ligne.