LINEAIRES / LA DISTRIBUTION / Les actus / Carrefour voit ses marges fondre en France

.

Carrefour voit ses marges fondre en France [B. Merlaud]

31 Août 2017
Alexandre Bompard, nouveau PDG de Carrefour, promet déjà un plan de transformation pour le groupe

Le résultat opérationnel de Carrefour chute de plus de 36% en France au premier semestre. La faute à la guerre des prix en hypers et aux mauvais résultats des ex-Dia, qui s'éternisent. Le nouveau PDG Alexandre Bompard promet déjà un plan de transformation pour le groupe.

"Je suis bien conscient que les résultats du premier semestre ne sont pas bons", a reconnu sans ambages Pierre-Jean Sivignon, directeur financier de Carrefour, lors d'une conférence téléphonique.

Les deux dirigeants ont surtout insisté sur les défis bien identifiés que le groupe entendait désormais relever.

"Il faut accélérer la transformation digitale du groupe, la frontière entre online et offline disparaissant peu à peu, a lancé Alexandre Bompard. Mais également apporter une nouvelle vie dans nos hypermarchés, qui ont besoin d'être réorganisés et adaptés à l'évolution des comportements du consommateur."

Le PDG entend introduire davantage "d'agilité et de flexibilité" dans son groupe et, a-t-il promis aux analystes financiers, "améliorer le retour sur capitaux investis".

En attendant, c'est d'abord une baisse des investissements pour l'année en cours qui est annoncée. Les résultats très moyens dégagés en 2016 (-3,8% de résultat opérationnel courant pour le groupe, -13,4% en France) avaient déjà conduit le distributeur à réviser à la baisse son enveloppe pour 2017.

2,4 milliards d'euros d'investissements étaient programmés, contre 2,5 milliards l'année précédente. Finalement, Carrefour limitera plutôt l'effort à 2,2 milliards (peut-être 2,3) en 2017.

-15% en Bourse

Il faut dire que la baisse du résultat opérationnel courant (ROC) enregistrée par le distributeur au premier semestre a surpris par son ampleur. -12,1% pour le groupe et -36,1% en France. Après la publication de ces résultats dans la soirée du 30 août, le cours de l'action Carrefour s'est effondré de 15% dans la matinée du 31, passant de 19,50 euros à 16,50 euros.

Pour expliquer la baisse de ses marges en France, Carrefour met d'abord en avant la nécessité de se maintenir au niveau dans un marché aux prix très disputés, tant sur le fond de rayon que sur les promos. "Nous nous sommes adaptés et nous continuerons de nous y adapter", a prévenu Pierre-Jean Sivignon.

Le distributeur a aussi reconnu que les anciens Dia reconvertis ne s'étaient toujours pas suffisamment redressés. "Ça prend plus de temps que prévu", a reconnu le directeur financier, qui table sur encore 150 millions d'euros de pertes opérationnelles pour le parc en 2017.

Obnubilé par les beaux emplacements à prendre en région parisienne et dans le Sud-Est, Carrefour a sous-estimé, au moment du rachat, les difficultés que lui poseraient les sites moins bien placés. Il imaginait pouvoir refiler rapidement ces derniers à des franchisés mais les pertes enregistrées ne rendent toujours pas ces magasins, de fait, présentables.

Dès le début de l'opération, Linéaires avait révélé que 200 sites, a minima, permettaient difficilement de faire tourner autre chose qu'un hard discount (concurrence frontale avec un hyper, zone défavorisée, etc.). Pour ces magasins, quand ils n'ont pas été purement et simplement fermés, le distributeur a imaginé le concept Contact Marché, "un peu plus économique" que Carrefour Contact. Un concept que le distributeur cherche surtout, aujourd'hui, à ne pas stigmatiser.

Les résultats de Carrefour au premier semestre 2017

  Chiffre d'affaires Evol. Résultat opérationnel
courant
Evol.
France 17 307 M€ + 0,7 % 199 M€ - 36,1 %
Autre Europe 10 010 M€ + 6,2 % 149 M€ - 3,9 %
Amérique latine 8 075 M€ + 25,1 % 293 M€ + 7,5 %
Asie 3 135 M€ - 2,9 % 12 M€ ns (1)
Total groupe 38 526 M€ + 6,2 % 621 M€ - 12,1 %

(1) -7M€ au premier semestre 2016
Source : Carrefour.