LINEAIRES / LA DISTRIBUTION / Les actus / Carrefour revoit à la hausse son plan d’économies

.

Carrefour revoit à la hausse son plan d’économies [J. Bertin]

28 Février 2019

Fort de résultats 2018 « satisfaisants », le PDG du groupe Alexandre Bompard annonce vouloir relever plusieurs objectifs de son plan Carrefour 2022. Les surfaces des magasins et les assortiments seront davantage réduits. Quant à son objectif de baisse des coûts, il est porté à 2,8 milliards d’euros en année pleine à horizon 2020.

Photo Linéaires

Alexandre Bompard se voulait résolument optimiste, jeudi 28 février, lors de la présentation des résultats annuels du groupe qu’il dirige depuis juillet 2017. Devant les journalistes et analystes financiers réunis au siège de Massy (91), il s’est dit satisfait des résultats 2018 de Carrefour, qualifiés de « solides et encourageants », alors que l’exercice constituait « une année clé pour le plan de transformation Carrefour 2022 ».

Directeur exécutif finances et gestion du groupe, Matthieu Malige a, en effet, présenté des résultats annuels en légère hausse. Parmi les données mises en avant figure notamment la croissance du chiffre d’affaires TTC de +2,5% à taux de changes constants pour atteindre 85,1 milliards d’euros. Soit une progression de +1,4% en comparable, « en accélération sur le second semestre 2018 ». Le résultat opérationnel courant (ROC), qui mesure au plus près la performance économique des magasins, atteint quant à lui 1,905 milliards d’euros, en hausse de +4,6% sur un an à taux de changes constants (contre -17,2% en 2017). Autre argument chiffré déployé pour rassurer les marchés financiers : la progression du résultat net "ajusté" à 802 millions d’euros contre 773 millions d’euros en 2017. Sachant que le résultat net part du groupe (non ajusté des éléments exceptionnels), sur lequel Carrefour avait communiqué lors des résultats 2017, reste dans le rouge avec 561 millions d’euros de pertes l’an passé contre 531 millions d’euros en 2017.

En France, la situation demeure mitigée avec un chiffre d’affaires en croissance de +0,3% à périmètre comparable alors que la progression était de +0,8% en 2017. Pire, le ROC s’établit à 466 millions d’euros contre 692 millions d’euros un an plus tôt (-32,6%). Ce qui dégage une marge opérationnelle à 1,3%, en retrait par rapport à 2017 (1,9%). En cause, selon le groupe, « un environnement de marché compétitif, des investissements dans la compétitivité réalisés en avance de phase sur la baisse des coûts, d’autres investissements spécifiques comme ceux nécessaires au lancement de la campagne Act for Food, ou encore l’impact des gilets jaunes au cours du quatrième trimestre ».

Evolution du ROC et du chiffre d'affaires HT

  2013 2014 2015 2016 2017 2018
ROC France (M€) 1 198 1 271 1 191 1 031 692 466
CA HT (M€) 35 438 35 336 36 272 35 877 35 835 35 615

Source : résultats annuels Carrefour publiés chaque année

Ce qui change dans le plan Carrefour 2022

Reste qu’une « puissante dynamique de transformation a été engagée en 2018 », dixit le communiqué du groupe Carrefour. Lequel souhaite « approfondir les initiatives en cours » en revoyant à la hausse plusieurs objectifs du plan Carrefour 2022. Au chapitre des déploiements de magasins, on peut notamment citer l’accélération de l’expansion sur les formats de proximité. A l’échelle du groupe, 2000 ouvertures étaient visées à horizon 2022. L’objectif monte désormais à 3000.

Côté rationalisation des coûts, la simplification des assortiments devait permettre de réduire de 10% le nombre de références en magasins en 2020 dans le plan initial présenté le 23 janvier 2018 par Alexandre Bompard. La cible est portée à -15%. A fin 2018, en France, Carrefour a déjà fait la moitié du chemin avec une baisse de -7,5%, « ce qui permet de donner plus de place aux MDD Carrefour », précise Alexandre Bompard, qui rappelle son objectif de « réaliser un tiers des ventes via les produits à marques Carrefour d’ici à 2022 ». Côté hypers, le groupe avait déjà annoncé vouloir réduire les surfaces de ses magasins hexagonaux de 100.000 mètres carrés avant 2022. Ce chiffre pourrait être légèrement revu à la hausse. Mais Carrefour a surtout décidé de relever ce chiffre à hauteur de 400.000 mètres carrés à l’échelle mondiale.

Enfin, « fort des 1,05 milliard d’euros d’économies réalisés en 2018 », Alexandre Bompard entend porter sa politique de réduction des coûts à 2,8 milliards d’euros en année pleine à horizon 2020. Sachant que l’objectif initial était de 2,0 milliards d’euros. « C’est faisable car nous pouvons désormais nous appuyer sur une méthode, une mobilisation de l’ensemble des pays et des processus que nous avons mis en place », estime le PDG de Carrefour. Avant de se féliciter du « renforcement de la culture d’efficience opérationnelle et de discipline financière » instaurée depuis le lancement de son plan stratégique. Alexandre Bompard l’assume : celui-ci est autant un modèle de croissance (via le développement de l’offre bio, des formats de proximité ou du e-commerce) qu’un plan d’économies.

-