LINEAIRES / LA DISTRIBUTION / Les actus / Auchan étend la livraison des courses à un tiers de la population

.

Auchan étend la livraison des courses à un tiers de la population [B. Merlaud]

12 Février 2018
Auchan étend la livraison des courses à un tiers de la population

Auchan accélère sur la livraison à domicile des courses alimentaires. 8 nouvelles agglomérations sont desservies par l'intermédiaire des drives en ce début d'année. En cumulant les 12 grandes villes ainsi couvertes et la zone d'influence d'Auchan:Direct, c'est un Français sur trois qui a désormais accès au service de livraison de l'enseigne, calcule le distributeur.

La première initiative de livraison par Auchan Drive remonte à 2014, au Mans. En s'appuyant sur Colisweb pour le transport des commandes à domicile, le distributeur a déployé sa formule en 2017 à Bordeaux (deux drives), Nantes (deux drives), puis Dieppe. La livraison est facturée de 5 à 15 euros au client, en fonction du montant du panier (50 euros minimum).

Fin janvier 2018, ce sont donc 8 nouvelles zones urbaines qui ont été couvertes. Linéaires avait déjà relayé l'arrivée du service à Avignon, mais Metz, Strasbourg, Nancy, Nice, Toulouse, Montpellier et Tours sont aussi de la partie !

Le développement de la livraison via le drive reste très complémentaire des zones déjà couvertes par Auchan:Direct (Paris, Marseille, Lyon et Lille). Les livraisons assurées par le cybermarché du groupe sont facturées entre 1 et 7 euros au client, gratuites au-delà de 180 euros d'achats.

Auchan ne pousse pas (encore ?) la convergence jusqu'à centraliser toutes les commandes en ligne sur un portail unique. Selon où il habite, le client se tournera vers Auchan Drive ou Auchan:Direct, dont les offres et les tarifs différent, et qui s'abstiennent soigneusement de se faire concurrence.

Carrefour et Leclerc

Cette livraison du "dernier kilomètre", historiquement trop coûteuse, avait jusqu'à présent freiné le développement des cybermarchés et réorienté les investissements des enseignes vers le drive.

Même sous-traitée aujourd'hui, la livraison reste un service facturé à perte par les distributeurs. Mais elle est devenue incontournable dans la course aux parts d'estomac que mènent les enseignes (et les premières expérimentations d'Amazon sur Paris n'y sont pas étrangères).

Carrefour, ainsi, parie de la même manière sur la livraison à domicile. Alexandre Bompard a annoncé que le service de livraison express en centre-ville, en une heure si besoin, de courses préparées dans des magasins de proximité serait étendu. Déjà opérationnel sur Paris, Lyon, Bordeaux, Toulouse et Montpellier, il sera déployé dans dix nouvelles villes françaises cette année. La prestation de livraison, à chaque fois, est assurée par Stuart, la filiale de La Poste connue pour ses coursiers à vélo.

Carrefour va également reprendre l'expérimentation de la livraison de commandes préparées en drive. Deux villes pilotes vont expérimenter le dispositif, toujours avec Stuart, en 2018.

Très offensif sur le drive mais quasi absent de la livraison, Leclerc va lui aussi s'y mettre en ciblant quelques quartiers parisiens à la fin du premier trimestre 2018. Sous la marque "Leclerc chez moi", il va proposer un panel de services associant drives piétons, points relais et livraison à domicile.